Carrière dans le snowboard – Entraîneur


De la série d’article ; carrières dans le snowboard

Coach de snowboard
Comme indiqué dans notre dernier article, la différence à connaître entre le métier de moniteur et celui d’entraîneur est que le moniteur se rend à la station pour donner un cours à une personne ou un groupe, tandis que le coach suit une personne ou un groupe en permanence.

Donc, un entraîneur (coach est l’anglicisme) est une personne qualifiée et certifiée qui suit un athlète ou un groupe d’athlètes sur une base continue. Son but est d’encadrer et de tirer le maximum de son athlète. Un peu comme le principe d’un coach de hockey. C’est une personne qui travaille dans le but de former l’athlète à atteindre de meilleurs résultats. Il est responsable de la préparation physique et mentale de ses troupes. Étant connaisseur de l’individu, et la plupart du temps de la discipline aussi, il peut aussi gérer les stratégies et les tactiques sur le terrain lors d’une compétition.

Est-ce qu’il faut avoir passé ses cours de moniteur avec la CASI-ACMS avant de passer à l’étape de devenir un coach ?

Non, ce n’est pas un prérequis. Cependant, il est clair que ça peut vous apporter un avantage. Lequel? En étant moniteur de snowboard, vous apprenez comment apprendre aux autres, et comment gérer un groupe. Vous saurez probablement encore plus analyser le mouvement.

Pour devenir un entraîneur, qu’est-ce que ça prend ?

Vous devez passer au minimum le premier cours de 3 jours. Il est bon de noter qu’un entraîneur de snowboard a de fortes chances d’être meilleur dans ce domaine s’il sait bien communiquer avec les autres, s’il a un bon côté humain, s’il sait gérer ses émotions à lui ainsi que celles de ses athlètes, car un rider connaît des moments forts et des moments faibles. Ne pas connaître ce sport peut être chose du faisable, mais avec une limite, où par exemple l’entraîneur ne pourra pas montrer la manœuvre au jeune s’il ne le fait pas lui-même. Donc un snowboarder ayant fait de la compétition est un plus. S’il a atteint des niveaux élevés et de bons résultats dans de grandes compétitions, son bagage de vie de snowboarder lui sera encore plus utile à lui et à ses riders. On peut même penser qu’un coach devrait tout savoir sur le snowboard et ce qui l’entoure. Le plus il en connaît, le mieux c’est.

Mais d’abord les grandes questions à se poser sont : Pourquoi veux-tu devenir un entraîneur ? Où aimerais-tu travailler ? Aimes-tu les jeunes ? Es-tu passionné par ce sport ? Es-tu autonome ?

Quelles sont les formations ?

Voici les différents niveaux d’entraîneurs existants ainsi que leur tarif et leur durée. Aussi appelé «PNCE et PECS». C’est le chemin à suivre. Vous remarquerez qu’il existe un niveau d’entraîneur pour un niveau d’athlète. C’est logique! Plus un athlète est de niveau professionnel, plus son coach doit l’être aussi.

Niveau 1 – Introduction à la Compétition
Comp Into (300 $ / 3 jours sur la neige)
Celle-ci vous offre une couverture lorsque vous entraînez des athlètes. Elle permet de devenir un entraineur certifié auprès d’un club et d’athlètes qui débutent dans la compétition de snowboard. Vous pourrez donc être coach de riders de niveau «DLTA 3». C’est un atelier de 3 jours sur neige axé sur le développement des compétences et des habiletés multidisciplinaires. Vous aurez par la suite à remplir un portfolio à faire parvenir à Canada~Snowboard pour obtenir votre certification.

Niveau 2 – Introduction à la Compétition Avancée
Comp Intro Advanced (525 $ / 5 jours sur la neige, dans votre discipline)
Pour ceux qui désirent encadrer des athlètes d’un niveau avancé de compétition. Vous pourrez donc être coach de riders de niveau «DLTA 4». Cet atelier de 5 jours sur neige est axé sur la priorité d’apprendre à s’entraîner et de commencer la spécialisation.

Niveau 3 – Compétition Développement
Competitive Development (650 $ / 5-6 jours sur la neige)
Vous pourrez donc être coach de riders de niveau «DLTA 5». Cet atelier de 5 jours sur neige est axé sur les athlètes de niveau national et international, qui participent à des événements pros et des Coupes du monde, par exemple.

Niveau 4 – Compétition Développement Avancé
Competitive Development Advanced (3000 $ / à l’institut)
Vous pourrez donc être coach de riders de niveau «DLTA 5-6». Ce cours donne droit à un diplôme d’entraînement de haut niveau. C’est axé sur les athlètes de niveau national et international, dans des programmes de haute performance. Aussi appelé Entraîneur niveau Olympiques. C’est un « bac » en snowboard d’une durée de 2 ans. En ce moment, seule Catherine Parent détient ce niveau en snowboard freestyle au Canada.

Niveau 5 – Haute-Performance
Comp High Performance
S’adresse à des entraîneurs d’athlètes de niveau «DLTA 6-7» qui participent aux Coupes du Monde, aux Jeux olympiques et aux TTR 5 et 6 étoiles. Aussi appelé Maître-entraineur, mais aucun coach n’est de ce niveau en snowboard au Canada en ce moment.

* Les tarifs peuvent être légèrement différents de ceux présentés et il faut ajouter le coût d’une carte de membre de votre association provinciale.

Qui donne les formations ?

Pour devenir un entraîneur en règle, certifié, il faut contacter votre association provinciale, car c’est elle qui est mandatée par le Canada. Chez nous c’est donc Association Québec Snowboard qui offre les formations. Vous trouverez les dates et les lieux autant sur le site de l’AQS que sur celui de C~S. Une formation peut être annulée si le nombre de participants n’est pas assez élevé… donc, appelez vos amis ou partagez l’info sur Facebook!

Pourquoi il n’y a pas de formation à proximité de chez moi ?

Les formateurs tentent de tenir ces journées dans des lieux où les gens viendront. Mais il est important de noter que si vous vous créez un petit groupe de gens prêts à suivre la formation, alors vous pourrez contacter le formateur et lui demander s’il accepte de se déplacer jusqu’à vous (oui, c’est parfois possible). Un groupe doit contenir environ 4 ou 5 candidats pour être considéré.

Quels sont les revenus ?

Selon notre enquête, il est difficile de chiffrer un tel emploi, car il est relatif aux nombres de jours de travail dans la saison, si tu travailles aussi l’été, si tu es basé au Québec ou ailleurs, quels athlètes ou clubs tu encadres, etc. Bref, ça fait beaucoup de variables. Et si on avait à lancer des chiffres… Un entraîneur de snowboard au Québec gagnerait en moyenne moins de 25 000 $ par année. Il en existe qui gagnent 3 000 $ et d’autres 60 000 $. Ceux qui ont un salaire à l’heure peuvent s’attendre à du 15 $/h, parfois du 20 $/h. C’est pourquoi la majorité d’entre eux vont jumeler un deuxième revenu, tel être un représentant de snowboard exemple, ce qui permet deux jobs dans l’hiver. Pour d’autres, ils préfèrent gonfler leur offre en proposant des camps payants ouverts au public. En plus, certains ajouteront un métier pour la saison chaude, tel que faire du paysagement par exemple. Bref, quand on isole que la partie hivernale de votre année, ce n’est pas le métier le plus payant sur une base annuelle… mais si en tant qu’employé ou propriétaire d’un club de snowboard, vous gagnez, disons 20 000 $, et que vous n’avez travaillé que 6 mois pour ce gain, et qu’en plus vous allez ajouter un deuxième, voir un troisième revenu… alors dans ce cas ça peut vous donner un chiffre d’affaires annuel confortable. Certains postes d’entraîneur se voient rembourser leurs dépenses comme les frais de voyages, avion, hébergement, etc. Il va sans dire qu’être autonome et d’avoir une fibre entrepreneuriale est une bonne chose dans ce métier!

Aux États-Unis, les clubs de snowboard sont surtout des clubs privés où les jeunes peuvent s’inscrire à des programmes coûtant entre 400 $ et 4 000 $. Au Québec, il existe aussi ce type de programmes. Aux USA cependant, il existe plus de snowboarders et plus de clubs. Il existe aussi des coachs qui gagnent des salaires identiques à ici, mais il existe des coachs qui gagnent entre 50-60 000 $ par an, sans compter les coachs de certains pros qui sont dans les six chiffres. Mais des exceptions il en existe toujours ;-)

Où puis-je travailler ?

Un entraîneur de snowboard peut travailler dans un club de snowboard, ou pour une association de snowboard, ou pour une école qui détient un sport-étude ou une concentration sportive, un camp d’entraînement, ou pour un athlète en particulier, ou pour une marque procurant ce service à ses riders, etc. Sans oublier que vous pouvez vous démarrer un club dans votre région, surtout s’il n’en existe aucun actuellement, et ainsi être un travailleur autonome.

Qui sont les entraîneurs existants au Québec ?

Actuellement et selon nos recherches, on compterait un peu moins d’une trentaine de coachs dans la province, tous niveaux confondus. Certains sont des entraîneurs de week-end à une station ou un club, d’autres sont plus temps plein. Dans les coachs actifs que vous connaissez peut-être actuellement, il y aurait Yves Martineau à Québec, Brian Smith et Catherine Parent dans les Laurentides, Sebastien Desmarais en Sport-Études, Max Hénault sur la Rive-Nord de Montréal, ainsi que Patrick Gaudet et Geneviève Rainville en snowboard de vitesse. Vous pouvez trouver la liste des coachs canadiens «actifs et assurés» sur le site web de C~S.


Ci-illustré les entraîneurs Yves Martineau de Québec, Brian Smith des Laurentides et Daryl Lussier de l’Outaouais-Ottawa.


Julien Beaulieu à côté de son assistant coach et ancien athlète, Gabriel Dussault.


Des gars comme Sébastien « Toots » Toutant, Maxence Parrot, Antoine Truchon et le team O’Neill Canada ont fait appel à l’entraîneur et ex pro rider Max Hénault pour obtenir le support d’un coach et aider leur développement.

Coacher un junior ou un pro ?

Pour avoir posé la question à différents coachs québécois, à savoir s’ils préféraient coacher un junior et l’amener au niveau d’être bon… ou de coacher un bon et de l’amener au niveau pro…, les deux sont agréables, mais ce n’est pas le même parcours.

L’entraîneur Catherine Parent sait bien que coacher inclus aussi d’encadrer ses athlètes, peu importe leur âge ou leur niveau, et des fois ça veux dire de cirer sa planche, trouver un chalet à louer pour l’équipe ou de leur préparer à manger.

Le secret ?

C’est les 6 facteurs EEPPTT. Le secret d’un excellent coach est de développer au maximum ses deux côtés, soit le côté technique et le côté humain! Un bon entraîneur se questionne tout le temps, il cherche toujours mieux, il réfléchit!

En terminant, si vous connaissez quelqu’un qui aurait tout le potentiel de devenir un coach de snowboard, prenez une minute pour lui envoyer le lien de cette page.

Liens:

www.canadasnowboard.ca/fr/coaching/
www.canadasnowboard.ca/fr/programs/coaching/LicensedCoaches/
www.coach.ca/?language=fr
www.casi-acms.com
www.quebecsnowboard.ca/category/formations/

IMAGES

Voici le guide de Canada Snowboard pour le parcours à suivre pour devenir un coach de snowboard au Canada

Voici les certifications minimum pour être coach dans un événement de la CSF

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.