Sébastien Picard

Ville et région de résidence : né à Lévis, habite à Québec
Station principale : le Relais et le Massif de Charlevoix
Commanditaires : Salomon, Volcom, Vans, 5-0 Boardshop, Howl
Date de naissance : 22 mars 1994

(Voir la galerie de vidéos ci-bas)

Seb Picard © Steph Fortier

Seb, qu’est-ce qui t’a amené au snowboard ?

Tout a commencé lorsque mes parents m’ont pris des cours de ski à l’âge de 7 ans. Peu de temps après, un de mes amis d’enfance a commencé à faire du snow et je l’ai suivi. La passion a débuté dès que j’ai mis les pieds sur un snow pour la première fois! Les magazines et les films que mes parents m’ont achetés ont aussi beaucoup influencé mon approche au snowboard.

Seb Picard © Joseph Roby

Après le secondaire, tu as pris une pause d’école pour te concentrer sur le snow. Tu sembles sur une belle pente montante, super talent, de plus en plus de visibilité… Trouves-tu que ta carrière avance bien ?

Oui, effectivement, après le secondaire, je suis allé au Cégep quelques mois et j’ai rapidement décroché pour aller à Whistler pendant 1 mois. Disons que ce court séjour a fini avec un long voyage de 6 mois! Quand je suis revenu au Québec (automne 2012), j’ai pris la décision de me lancer dans le snow à temps plein et j’ai commencé à filmer des segments urbains. C’est à ce moment-là que tout a commencé. Je ne pensais jamais que cette passion allait devenir une option de carrière! Je suis très conscient que je ne vais pas faire ça toute ma vie, mais je vis le moment présent et je saute sur toutes les opportunités possibles pour le moment!

Belle philosophe, et tu sembles bien parti!
Quels sont les points importants pour qu’un rider talentueux puisse bien développer sa carrière ?

Disons que c’est un sport qui est assez difficile sur le corps, alors je crois que le maintien d’une bonne alimentation et d’une bonne condition physique est un aspect très important pour avoir une longue carrière.

Intelligent.
Tu es reconnu comme un gars qui peut faire une très grande quantité de trucs, même sur vidéo. C’est tout à ton honneur! Quel serait un prochain truc que tu aimerais réussir sur ta planche?

Très bonne question ahah! C’est dur à dire comme ça, mais utiliser une créativité différente pourrait m’amener à faire de nouveaux trucs qui n’ont jamais été faits auparavant ! Innover dans ce sport est le meilleur moyen de se distinguer des autres et de gagner de la visibilité!

Seb Picard © Joseph Roby

Un truc que tu as réussi, mais que tu as travaillé le plus longtemps pour le réussir ?

Tous les trucs qu’on filme ont un extrêmement gros travail derrière. C’est souvent le côté qu’on ne voit pas dans les vidéos et que les gens ne comprennent pas vraiment! Je n’ai pas de trucs précis en tête, mais si on peut parler plus en statistique, toutes les années, il y a au moins un truc (ou plusieurs) qui prend plus de 100 essais, soit plus qu’une journée avant d’être réussi!

Seb Picard © Joseph Roby

Parle-moi des compétitions? Aimes-tu ça? Laquelle t’a le plus marquée à ce jour ?

Je ne suis vraiment pas un grand fan de compétition. J’en ai fait plusieurs étant plus jeune, mais depuis que je filme des segments urbains, j’ai découvert que j’aimais beaucoup mieux le côté créatif et artistique que le côté compétitif. Je performe moins bien sous pression, car je suis vraiment hors de ma zone de confort. Il y a quelques années, il y avait plusieurs compétitions au Québec et la scène était vraiment plus peuplée. J’ai rencontré des gens incroyables durant ses années et plusieurs compétitions m’ont marqué. Autant pour les set up de fou que pour les PARTY incroyables ahah (SnowMission, Tournée SMF, Shakedown, etc. )! Il y avait des événements pratiquement toutes les semaines! C’est triste de voir que maintenant il n’a plus rien…

À l’opposé, décris-moi une journée typique de shooting avec Seb Picard ?

Le cadran sonne dans les alentours de 7h , snooze quelques minutes (ahah!), café et bon déjeuner (très important). Je regarde des segments de film de snow qui m’inspire pour me mettre dans un bon mood et ensuite, c’est l’heure du covoiturage pour se rendre au spot! Si tout se passe bien, nous pouvons filmer à plusieurs endroits par jours. Quand on manque de temps parce que le soleil se couche tôt, on prend le reste de la journée pour pelter ou pour trouver des nouveaux spots potentiels pour les jours suivants! Ensuite, retour à la maison, exercice pour ne pas avoir les muscles endoloris, bonne bière, souper, dodo et ainsi de suite.

Parlant de shooting, es-tu le genre de rider devant la caméra seulement ou es-tu aussi celui qui aide avec la pelle et avec les idées pour développer les projets ?

Pour être honnête, je passe définitivement plus de temps en dehors de mon snow que dedans! Quand je ne ride pas, j’aide les autres, soit en pelletant, en filmant un angle secondaire ou même en donnant un support moral. Une grosse partie de la préparation d’un projet se fait par ordinateur. Beaucoup d’e-mail et de négociation sont nécessaires pour établir un budget ou un plan de match pour planifier un hiver! C’est un peu moins mon domaine, mais j’ai travaillé sur un projet un peu plus personnel l’hiver passé (Toonies), alors j’ai dû m’y mettre et apprendre davantage sur cette facette du métier!

C’est clair que les autres doivent t’apprécier!
Quels aspects apprécies-tu le plus dans l’équipement de ton écurie Salomon ?

Solidité et fiabilité de l’équipement.

Vu la taille gigantesque de certains des modules que tu affrontes, ces mots sonnent bien venant de toi, lol!
La scène du snowboard au Québec, pour toi c’est :

Une grande famille! Le Québec est un endroit reconnu a l’international pour le snowboard urbain, des riders de partout se déplace pour venir filmer ici ! je dirais aussi une scène très talentueuse, autant au niveau compétitif que cinématographique.

Amen. Bien d’accord.
Ton cover page de King Snow était épique. Était-ce ton tout premier cover ? Comment as-tu réagi la seconde où tu l’as vu ?

Oui, c’est mon premier cover! J’étais tout simplement sans mot ahah, rien ne peut décrire comment je me suis senti!

Cover page de King Snow © Joseph Roby

Que vises-tu comme un prochain voyage de snow ?

Dû à la situation de la covid, je crois que la destination principale pour cet hiver va être le Québec, mais j’aimerais vraiment retourner dans un des pays scandinaves (Finlande, Suède ou Norvège).

Seb Picard © Steph Fortier

La vidéo de snow que tu as le plus écouté dans ta vie ?

Je dirais que 91 Words For Snow et Bandwagon sont les films qui m’ont le plus influencé!

Seb Picard © Steph Fortier

Un rider que t’as influencé dans ton snowboard ?

Louif Paradis, Jake Kuzyk

Un rider québécois qui mériterait encore plus de visibilité selon toi ?

Mammouth Durette, je filme avec lui depuis plusieurs années déjà et c’est un rideur très talentueux, un être humain incroyable! Il mérite beaucoup plus que ce qu’il a présentement. Legend

VIDÉOS de Seb Picard

Toonies 19\20

Hourglass 18\19

Bruners III 17\18

Bruners II 16\17

The Headstones (Confused) 15\16

The Headstones (The Awakening) 14\15

*The Headstones 13\14 n’existe pus sur le web! 

Timbomb movie (Reckless) 12\13

Part 11\12

Seb Picard © Joseph Roby

Laisser un commentaire