Entrevue : PA Martel

Pierre-Arthur Martel

Date de naissance : 09-12-1999
Ville et région de résidence : Nominingue, Laurentides
Station principale : Tremblant
Commanditaires : Nation Boardshop, Bataleon, Switchback

Qu’est-ce qui t’a amené au snowboard?
J’ai commencé à skier à l’âge de 4 ans avec ma mère, au mont Gray Rocks à Mont-Tremblant. À 8 ans, mon père et moi voulions de nouveaux défis et il m’a acheté mon premier snowboard.
Anecdote : je me souviens de ma première descente, j’étais incapable de freiner et je descendais comme une flèche, Ha! Ha! Ha!

Grandir avec l’amour de la montagne… et aller à l’école. Comment as-tu bien géré ça?
À 13 ans, je suis allé faire ma première compétition, les Axis Junior Games. C’est là que j’ai découvert qu’il existait un sport-études à l’école A-N Morin à Sainte-Adèle. J’ai supplié mes parents pour y aller, mais c’était compliqué puisqu’on habitait à 100 km de l’école.
L’année d’après, je me suis trouvé une chambre à Saint-Sauveur et en secondaire 3, je suis arrivé à A-N Morin et c’est là que l’histoire commence! Le sport-études m’a beaucoup aidé à performer à l’école ainsi qu’en snowboard puisque dans le programme compétition l’hiver, on ridait 3 jours par semaine et 2 jours en classe. Grâce à ce programme, j’ai terminé mon secondaire 5 avec une moyenne générale de plus de 80%.

Tu as pu profiter des bons moments à rider avec une équipe et un coach. Qu’en retiens-tu?
Oui, j’ai passé des moments extraordinaires que je n’oublierai jamais. Mon coach Sébastien Desmarais m’a permis de progresser tout en ayant du plaisir. Il était plus que mon coach, il m’a tellement appris de chose et pas juste sur un snowboard, mais sur la vie. « C’est avec la persévérance que tu pourras réussir tout ce que tu veux mon jeune padawan » disait-il.
Souvent, je me mettais trop de pression de performance, mais il m’a vite appris que c’est lorsque tu t’amuses le plus que tu performes le mieux : Ton attitude dépend de ton altitude et non de tes aptitudes!

Aujourd’hui, d’âge jeune adulte, comment prévois-tu poursuivre ton évolution dans ce merveilleux monde du snowboard?
Aujourd’hui, à 20 ans, je continue de m’entraîner au maximum et faire des compétitions de niveau national en espérant me classer pour les coupes du monde! Je m’entraîne presque tous les jours à Tremblant. La montagne me supporte beaucoup et m’encourage à rider et à initier les jeunes au snowboard.
Depuis maintenant 3 ans, je coach des jeunes motivés et j’adore pouvoir partager mon savoir et ma passion. L’hiver dernier, j’ai eu la chance de pouvoir coacher les jeunes de A-N Morin, l’école où je suis moi-même allé. Dans le futur, j’ai l’intention de coacher à temps plein à cette école.

Un prochain truc que tu aimerais réussir sur ta planche?
J’aimerais lander un backside 1260 et un frontside double cork 1080 cette année. J’ai pratiqué dans le airbag chez Maximise et je suis plus confiant que jamais! Depuis environ 2 ans, je fais de plus en plus de « street » (du snow dans les villes) et cette année, j’aimerais filmer quelques trucs urbains et faire un petit vidéo.

Peux-tu nous partager une anecdote que tu as vécue en compétition à travers les années?
En 2019, au SnowMission au Mont-Comi, j’étais en demi-finale et j’avais landé une bonne run, mais lorsque le commentateur a nommé les 12 finalistes au micro, il n’a pas dit mon nom. Je me suis donc changé et assis sur les estrades pour encourager mes amis en finale. C’était un style de compétition Jam, et 1 heure environ après le début de la finale, le commentateur a dit au micro « On cherche P-A Martel, il n’a pas encore fait de run jugée ». J’ai couru le voir pour lui dire que j’allais me changer et revenir. Cinq minutes plus tard, je suis au sommet du parcours. Il ne reste que moi à faire 2 runs jugées. La première descente, je suis tombé solide, mais la 2e run, je suis au top de la course et me dis : « il y a genre 20 000 spectateurs, c’est le temps de montrer ce que je sais faire». Résultat, j’ai landé la run de ma vie à ce dernier essai et j’entendais tous mes amis et les spectateurs crier pour me féliciter. C’était le meilleur feeling de ma vie!!!

Le plus beau snowpark que tu as ridé au Québec, selon toi?
Selon moi, le snowpark de Tremblant est nice, car il y a 3 parcs de 3 styles différents, alors c’est cool de pouvoir pratiquer un truc sur un petit module et ensuite pouvoir l’exécuter sur un gros rail dans la même journée. Les park rangers sont ouverts aux idées et nous permettent d’arranger ou modifier des trucs dans le parc nous-mêmes. It’s a good vibe!

Ta meilleure journée de pow?
Ma meilleure journée de pow c’était à Sun Peaks au BC. On était arrivé une journée à l’avance, avant les nationaux, et il est tombé 2 pieds de neige. C’était ma plus belle journée de pow parce que j’étais avec mes meilleurs amis, c’était ma première fois au BC et parce que j’ai fait les plus beaux slash cette journée-là!

La compétition ou l’événement dont tu aimes le plus participer?
Le SnowMission c’est la compétition que j’attends toute l’année. C’est toujours une compétition amicale et c’est un super événement.

Ton déjeuner idéal avant une grosse journée de riding?
Un yogourt avec 3 œufs et beaucoup de bacon. Avec des crêpes si j’ai le temps. Mais la première chose que je dois manger en me réveillant c’est des fruits.

Un rider que tu admires ou qui t’influence?
Max Parrot à cause de son mental de feu et sa persévérance.

Qu’est-ce qui te motive le plus à aller à la montagne?
Je sais que quand je vais rider, que ce soit avec des amis ou seul, avec ma musique c’est le seul moment où je peux me libérer l’esprit et penser au moment présent. Et quand je suis en train de rider, je ne voudrais être nulle part ailleurs.

Ton dernier voyage?
C’était mon rêve depuis très longtemps d’aller à Whistler et je suis allé l’hiver dernier, c’était sick!

Ton prochain trip ce sera quoi?
J’aimerais aller rider au Japon parce que j’ai vu plusieurs vidéos et il parait qu’il y a beaucoup de neige et aussi en profiter pour connaître la culture japonaise.

Comment SnowboardQuebec.com t’a servi dans ta carrière de snowboarder?
Cela m’a permis de bien planifier mes compétitions et mes entraînements durant chaque hiver.

Des remerciements?
J’aimerais remercier mes parents et ma sœur de m’avoir toujours soutenu dans mon parcours. Merci à Nation Boardshop qui me supporte depuis mes premières compétitions. Merci à mon coach Sébastien Desmarais qui m’a enseigné beaucoup plus que rider. Merci aussi à mes commanditaires Bataleon Snowboards, Switchback Bindings et Maisons usinées Côté.

One thought on “Entrevue : PA Martel”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.